Promeneur tardif
 
Collection Les cahiers de poésie

Yves Neyrolles
Promeneur tardif
suivi de Villes citées
Photographies

Je cours à perdre le souffle par les allées du parc. 
L’air me glace et me brûle. 
Je suis saoul. 
Je cours. 
Je perds le souffle. 
Les arbres égouttent la vie volante. 
 En moi tourbillonne le sang. 
Je cours. 
Je suis vivant.
Je suis devant l’arbre que le givre a saisi. 
Je suis dans le silence. 
Dans un instant, le soleil dénouera le charme. 
Mais, pour l’instant, le cristal fait comme un jeu d’orgues dans la blancheur. 
Je suis muet devant l’arbre. 
La pleine lumière me saisit. 
Je suis vivant.
J’occupe mon carré sur cette grande loge qu’est la Terre. 
Mon regard se perd dans le ciel rond. 
C’est le jour. 
Le soleil et la lune flirtent dans le bleu pur et tendre de l’hiver. 
Je suis léger. 
Désir d’aligner des mots très doux à l’oreille. 
Des lettres comme des fils de laine. 
Ma parole flotte entre terre et ciel.
Je ne gouverne rien. 
Pas même mon sang.
 Je suis vivant.
Neige battue à coups d’ailes légères. 
Les pieds allègres tracent une ligne de pur plaisir 
aux pans vierges d’un paysage d’aplomb. 
Le seul chant qui berce un tel silence vient des à-coups du souffle, 
du sang qui manque tournebouler à chaque voltige de la poussière. 
Oublieuse et si lascive neige, battue par l’éclair d’un signe. 
Vivant.
Je suis à la table. 
Les doigts battent le papier. 
Je danse. 
Immobile devant le blanc que je couvre de signes.
FICHE DU LIVRE : 
Octobre 2019
Auteur : Yves Neyrolles
Titre : Promeneur tardif
Collection Les cahiers de poésie
Illustration : Photographie Yves Neyrolles
Conception graphique : ART GRAPHISME
94 pages 15 €
ISBN : 978-2-917486-634

Commander

Yves_Neyrolles.htmlfiche_commande_Promeneur_tardif.htmlshapeimage_4_link_0shapeimage_4_link_1